C5.1 – Qu’est-ce que l’hydroxychloroquine ?

  • Le paludisme a d’abord été soigné à la quinine (extraite du quinquina), qui a donné des dérivés plus efficaces : la chloroquine (nom commercial Nivaquine) il y a 70 ans puis l’hydroxychloroquine (nom commercial Plaquénil) il y a 65 ans.
  • Il s’agit donc d’une molécule très utilisée dans le monde (surtout dans les zones paludiques comme l’Afrique subsaharienne) et dont la toxicité était si peu importante qu’elle était en vente libre (Plaquenil) en France jusqu’en début janvier 2020 avant d’être brusquement retirée de la vente libre et classée dans les substances vénéneuses (seulement sur prescription) par un décret ministériel (Agnès Buzin). Les complotistes se réjouissent de cette information qui ajoute une pierre à l’édifice du complot anti-Raoult.
  • suite au premier coronavirus nouvellement apparu dans l’espèce humaine, des études ont montré l’efficacité de la chloroquine dans les cas de SARS.
L’autorité américaine de la santé précisant que la chloroquine est efficace pour lutter contre le SARS et empêcher sa propagation. Date : 2005
  • Au début de l’épidémie de SARS-COV2, une étude chinoise est parue, montrant l’efficacité in vitro et sur quelques patients. Le professeur Raoult en a pris connaissance et a procédé à ses essais cliniques et traitements en s’appuyant sur ces connaissances.
  • La saga de l’hydroxycocovide commence alors (en France et dans tous les pays Occidentaux) :
    • Le 23 mars, un arrêté restreignait l’utilisation de l’hydroxychloroquine aux formes graves uniquement (après que Raoult ait montré son efficacité dans les stades précoces) et hors AMM (donc non remboursés).
    • Le 22 mai sortait l’étude bidon dans le journal prestigieux THE LANCET qui concluait que l’Hydroxychloroquine était toxique voire mortelle. Cette étude a été retirée deux semaines après donnant l’occasion d’un scandale sans précédent dans l’histoire de ce journal et de la science…
    • Le 26 mai, seulement 4 jours après la parution de cette étude frauduleuse, le ministre de la santé (des labos) Olivier Véran pondait un complément à l’arrêté du 23 mars rendant impropre la prescription d’hydroxychloroquine par les hôpitaux. Une forme d’interdiction…
    • Le 5 juin, THE LANCET rétractait sa publication. Mais le gouverne-et-ment français ne rétractait rien de plus pour autant.
    • Sur fond de contestations judiciaires, l’état rétracte son arrêté le 10 juillet, juste avant que le conseil d’état examine une plainte contre celui-ci.

Articles sur les traitements et de la gestion de crise.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :