Prophylaxie

Nous allons aborder ici les mesures sanitaires qui limitent la dissémination du Coco-vide.

D’après OuiQuiPiedA,

La prophylaxie désigne le processus actif ou passif ayant pour but de prévenir l’apparition, la propagation ou l’aggravation d’une maladie.

C’est bien sûr fondamental, lors de l’apparition brutale d’une nouvelle maladie, dont on ne connaît quasiment rien, et qui risque de surcharger les services médicaux d’urgence.

Toutes les pratiques qui ralentiront la dissémination du virus seront ainsi bienvenues, pour le peu qu’elles soient adaptées à la situation au regard de l’évolution des connaissances sur la maladie. « Primum non nocere », d’abord ne pas nuire.

1 – Modéliser la maladie ?

Quand on n’y connaît rien à un nouveau phénomène de santé, les scientifiques tentent d’extrapoler ce qui est connu des autres épidémies, en bâtissant un « modèle épidémiologique », une simulation informatique de la dissémination d’un virus selon des tas de paramètres médicaux et sociaux (notamment les mesures sanitaires prises)

Un paramètre fondamental est le R0 : lorsque l’on modélise la circulation du virus, le R0 correspond au nombre moyen de personnes infectées par un malade dans le cas des épidémies. Plus le R0 est élevé, plus le virus est contagieux.

https://lejournal.cnrs.fr/articles/covid-19-comment-sont-concus-les-modeles-des-epidemies

Ce taux peut évoluer dans le temps : quand la plupart des personnes sensibles ont été touchées, il devient inférieur à 1 et l’épidémie se dissipe d’elle-même.

Il faut BIEN SÛR avoir du recul sur les modèles mathématiques, qui ne sont que ça : des modèles.

analyse fouillée de Konfedera.org sur les modèles épidémiologiques

Dans notre cas, il s’avère que les modèles qui ont servis de base pour les mesures préconisées par l’Organisation Mondiale de Santé ont été… plus que limite…

https://www.atlantico.fr/decryptage/3589462/virus-chinois–la-faillite-frauduleuse-des-modeles-drieu-godefridi

Le fameux Neil Ferguson, de l’Imperial College of London, n’en est pas à son coup d’essai pour prédire un apocalypse sanitaire : il s’est régulièrement planté d’un facteur 100 à 10 000 sur la fièvre aphteuse, la maladie de la vache folle, la grippe aviaire, la grippe porcine, le SARS (le corona de 2003).
L’OMS, sur ses conseils, a imposé un confinement à la moitié de la planète, confinement que le fameux expert n’a même pas respecté en allant voir plusieurs fois son épouse voire sa maîtresse, ce qui le fera démissionner. Bon, ce n’est pas pour cafter, mais bonjour la recherche de bon sens…

https://www.liberation.fr/checknews/2020/06/03/les-previsions-de-ferguson-qui-ont-conduit-de-nombreux-pays-a-se-confiner-etaient-elles-fantaisistes_1790061

2- Les gestes barrière

On l’aura compris, le virus se transmettant dans les gouttes projetées lors d’éternuements ou de toux, et surtout par le contact des mains, c’est possible de casser la transmission en faisant attention par ces « gestes de protection mutuelle », surtout en présence des personnes sensibles et fragiles, les personnes âgées qui ont déjà plusieurs problèmes de santé.

Il faut noter que le savoir est toujours en cours d’évolution, par exemple cette étude sur les mesures préventives en cas de pandémie de grippe montre que l’hygiène des mains et le port du masque n’ont pas forcément donné les résultats escomptés sur la propagation du virus.

Mesures non pharmaceutiques pour la grippe pandémique dans les milieux non sanitaires – Mesures de protection individuelle et environnementales

3- le confinement

En général, quand une épidémie débute, on isole les malades pour limiter la dissémination de l’agent infectieux. Le lieu d’isolement s’appelle le lazaret.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lazaret

Pour le coco-vide, nous avons eu la joie d’expérimenter à très grande échelle le confinement généralisé des populations, sur les conseils de notre bon Fergugusse. Plus personnes ne sort de chez lui, à part le minimum vital.

Confiner des excréteurs de virus avec leurs proches

Là, on a un GROS problème.

Le virus circulant bien plus facilement en espace clos qu’en plein air, en enfermant des personnes contaminées avec leurs proches, cela facilite la contamination de ces derniers.

Cela s’est vu chez les croisiéristes, dans les EHPAD, de manière bien documentée.

Ce que les épidémies des navires de croisière révèlent à propos du COVID-19

http://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/belgique-masques-et-confusion-entre-tests-positifs-dits-cas-et-vrais-malades

Le risque de dérapage démocratique

Le prétexte sanitaire peut donner lieu à des mesures liberticides, pas forcément justifiées scientifiquement. Cauchemar, qu’ô je marre…

Melbourne bascule dans la dictature sanitaire et permet à la police d’entrer sans mandat dans les habitations – medias-presse.info

Couvre-feu instauré en Polynésie

Coronavirus: le couvre-feu levé par la justice en Polynésie

Des conséquences économiques à n’en plus finir

Alors que les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) et les grandes surfaces affichent des gains records pendant le confinement, la plupart des indépendants et petites & moyennes entreprises prennent cher.

Enquête exclusive : Plus de 12 000 faillites de commerçants directement dues au Covid-19 – L’echommerces
https://www.lci.fr/international/economie-loin-du-marasme-financier-pourquoi-les-bourses-cac-40-nasdaq-ignorent-elles-la-crise-2162916.html

Insidieuses conséquences sanitaires

La focalisation sur le Coco-vide a été telle que tous les autres problèmes de santé sont passés à la trappe :

https://translate.google.com/translate?sl=en&tl=fr&u=https%3A%2F%2Fwww.thetimes.co.uk%2Farticle%2Fextra-cancer-victims-may-reach-35-000-after-screening-and-treatment-missed-q6pr3w0z0
  • les personnes suivies pour problème de santé chronique ne sont plus allées à l’hôpital (et D’yeux sait que le diabète, l’insuffisance rénale, les infarctus et autres AVC tuent bien plus que le coco-vide),
  • les opérations prévues ont été annulées ou repoussées à la Saint Glinglin,
  • les dépistages n’ont plus eu lieu.

Nous l’avons déjà vu lors de cette étude (cf article sur la maladie) : le confinement aurait causé plus de morts que le virus lui-même, alors même que nous sommes loin d’en avoir vu toutes les conséquences aujourd’hui.

évaluation de la virulence du SARS-CoV-2 en France, parmi toutes les causes de mortalité entre 1946 et 2020

4- les masques

C’est un GROS dossier, qui mérite un article complet à lieu seul (pour éviter que celui-ci fasse 3 km de long), alors il est développé par là :

article sur les masques

En résumé :

  • les masques auraient été très utiles en début de circulation du virus, alors qu’ils ont été interdits,
  • ils sont quasi-inutiles en fin d’épidémie, alors qu’ils sont obligatoires
  • ils sont très utiles pour le personnel soignant en contact rapproché avec les malades excréteurs de virus,
  • aucune étude scientifique n’a prouvé qu’ils sont utiles en extérieur,
  • leur efficacité repose sur le fait qu’ils soient changés toutes les 2 heures, sans aucun contact avec les mains, principaux vecteurs de transmission du virus, ce qui induit un coût quotidien balaise,
  • beaucoup d’études montrent qu’ils sont dangereux lorsque portés quelques heures par jour,
  • les conséquences sociales sont désastreuses et participent à baisser l’immunité individuelle comme collective.

5- les vaccins

Photo de Gustavo Fring sur Pexels.com

Selon la théorie vaccinale de Pasteur, en « atténuant » un germe (bactérie ou virus), ou en prélevant un fragment qui fait réagir l’immunité de manière spécifique, on obtient un « vaccin » dont l’injection va permettre à l’organisme de produire des anticorps spécifiques à la maladie, sans avoir besoin d’être malade.

Le discours rabâché à nos oreilles par les médias et autorités, c’est « on se sortira de la crise quand nous aurons un vaccin et que tout le monde sera vacciné »

C’est donc la course à quel labo produira en premier le fameux vaccin, et quel pays aura commandé assez de doses pour protéger sa population

https://www.bfmtv.com/economie/coronavirus-pres-de-6-milliards-de-doses-de-vaccins-reservees-dans-le-monde_AD-202008120145.html

Mais revenons à quelques fondamentaux.

L’immense piège serait de tomber dans la simplification extrémiste « provax » versus « antivax« .

Pour les premiers, les vaccins n’apportent que des avantages, ils sont efficaces du fait de l’immunité collective, donc c’est justifié de vacciner tout le monde, même contre le gré des récalcitrants qui sont de facto de dangereux fanatiques.

Pour les seconds, les effets secondaires dépassent de très loin les bénéfices réels et ils sont à proscrire absolument.

Comme souvent, la réalité se trouve dans la nuance et fuit les extrêmes.

Photo de Gratisography sur Pexels.com

Quelques repères pour affiner le discernement :

  • la théorie vaccinale est aujourd’hui un dogme : aucune étude sans conflit d’intérêt n’est en mesure de prouver la part réelle d’efficacité des vaccins dans la disparition des maladies contagieuses ;
  • certains vaccins sont précieux, ont sûrement sauvé des millions de vie. Exemple : la rage est une maladie mortelle dans 100% des cas quand les symptômes sont là, elle tue encore 60 000 personnes par an, elle ne peut toucher les personnes vaccinées.
  • les vaccins apportent une immunité « humorale » (production d’anticorps spécifiques à la maladie contre laquelle on vaccine), mais baisserait l’immunité cellulaire (liée aux lymphocytes T, premier rempart non spécifique contre tous types d’infection).
  • à part les antigènes ou les germes atténués, responsable de la production d’anticorps par l’organisme, les vaccins contiennent des adjuvants censés renforcer la réaction immunitaire et/ou jouer le rôle de conservateur. Or, certains présents systématiquement présentent par eux-même une toxicité extrêmement problématique, aux dosages utilisés : les plus connus sont l’aluminium et le mercure (présent sous la forme de Thiomersal ou Thimerosal), neurotoxiques pas spécialement doux, ou encore le formaldéhyde.
    dossier aluminium (pdf), maladies infectieuses et vaccins de Jean Pilette (pdf)

Autre couche de remarques qui poussent à la prudence, du fait de la puissance extrême de l’industrie pharmaceutique :

  • les vaccins sont les seuls médicaments dont l’étude de toxicité, indispensable pour une mise sur le marché, se fait par comparaison à un autre vaccin équivalent et non à un placebo,
  • la « loi sur le secret des affaires » permet de ne pas afficher l’ensemble des ingrédients,
  • la plupart des labos producteurs de vaccins ont fait voter des lois les exonérant d’assumer tous problèmes d’effets secondaires liés à la vaccination,
  • les médias sociaux avouent ouvertement censurer toute information remettant en cause la sécurité des vaccins

Enfin, certains vaccins en étude contre le coco-vide auraient des particularités pas spécialement rassurantes :

  • une nouvelle génération de vaccins serait testée : l’utilisation d’ARN messager, produisant chez la personne les protéines de surface du virus à l’origine de la réponse immunitaire. Là, on parle de MODIFIER notre patrimoine génétique, « pour que nos cellules produisent le vaccin ». On devient de fait des OGMs. Sans aucun recul, cette technologie de rupture sera testée grandeur nature sur quelques milliards d’individus. Hmmm, je me sens rassuré, tout d’un coup…
    Le vaccin de tous les dangers
    le forçage génétique
    Les vaccins à ARN messager prennent de l’avance
  • des brevets déposés montrent qu’en parallèle à la vaccination révolutionnaire, des nanoparticules seraient injectées sous la peau, servant à faire un carnet de vaccination numérique lisible par un smartphone
    le-kenya-et-le-malawi-zones-test-pour-un-carnet-de-vaccination-injecte-sous-la-peau
  • le virus du coco-vide a muté une bonne dizaine de fois selon Pr Raoult, une carte permet d’explorer la répartition de 4300 variants, entre son apparition et le mois d’août. Faudra-t’il un vaccin différent chaque année, comme pour la grippe ?
    (cf vidéo)
  • l’OMS qui pousse à la vaccination, n’est pas dénuée de conflits d’intérêts, comme on le verra dans l’article gestion de crise.

Quelques liens :

Les personnes qui refusent le vaccin pourraient être exclues du travail ou de l’école

Éditorial interdit: le vaccin russe Spoutnik V est un partenariat mondial de sauvetage – Sputnik France

ZEjournal.mobi – Un empoisonnement obligatoire, mais… remboursé

6 – Une prévention intelligente

L’unité COMETE (Covid Marseille Environnemental Testing Expertise) a une grosse expérience, très concluante, de prélever les eaux usées pour remonter la piste du virus et orienter le dépistage là où il est le plus urgent, par exemple dans les collectivités.

Marseille : l’unité COMETE ou l’efficacité contre la Covid par la prévention

Cet exemple très inspirant bénéficierait à essaimer dans les autres départements.

7 – Traitement des bâtiments aux UltraViolets

En prévention toujours, pour décontaminer les bâtiments fréquentés par du public : Voir ici

Robot lightstrike en cours d’essai en France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :